Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu de Maurice Joly

Ouvrage de politique fiction aux premiers abords ou deux personnages que tout oppose se rencontrent au royaume de l’eau delà, à savoir Montesquieu, éternelle utopiste ventant le mérite du remplacement du despotisme par la République populaire et Machiavel lui rappelant avec tact la réalité de l’humanité ainsi que les fondements sur lesquelles reposent sa république.

Mr Joly fera donc converser les deux épiques protagonistes défendant chacun leur vision de la politique, il faudra quand même prendre tout ceci dans un premier temps avec des pincettes, car ce ne sont pas réellement ces deux antagonistes qui dialoguent, mais l’image dont l’écrivain en a.

Après le début de la querelle ou chacun défend bec et ongle sa vision du pouvoir, Montesquieu propose à machiavel de défendre ses principes imaginant reprendre le pouvoir en des temps plus modernes dans une société ou le pouvoir politique respecte à la lettre les doctrines de Montesquieu suite à un coup d’État.

Montesquieu proposera alors un à un des principes étant tour à tour démontés par Machiavel, c’est à ce moment précis où l’on comprend l’âme du livre ainsi que les raisons qui ont octroyé à l’auteur un gracieux séjour de 2 ans en prison. Car à travers la parole de machiavel, l’écrivain démontre comment les principes humanistes de Montesquieu ont été pervertis par le pouvoir. L’intégralité des dires du personnage de Machiavel est en effet intégralement transposable en France à l’époque de Mr Joly, mais plus effrayant encore, la quasi-totalité des stratagèmes énoncés pour conserver le despote en république est toujours appliquée en 2018.

Tel un commentateur sportif connaissant tous les rouages de son sport, il nous décryptera tous les principes du machiavélisme mis en place dans nos sociétés en ce moment même. Nous passerons par la presse au service du pouvoir via une multitude de stratagèmes tels que l’octroi de la carte de presse ou encore le système de financement qui les régissent, la transformation en communauté docile du monde ouvrier par des projets de construction, l’agencement des villes et routes afin de mieux contenir les débordements éventuels, l’intégralité du fonctionnement du maquillage des comptes publics et ceci n’est qu’un infime aperçu des faits commentés et expliqués.

Mr Joly avait tout vu venir, il avait tout compris et il a tout écrit. Sa seule erreur fut qu’il n’ait pas su assez bien cacher le contenu de ses idées dans son livre comme le fit Descartes ou Lafontaine.Il s’est affronté directement à la principauté qui était en place bien avant lui et le sera bien après, cela lui a coûté très cher.

Au final, voilà un ouvrage qui vous fera voir le système politique tel qu’il est et qu’il demeurera. Montesquieu pourrait être la théorie des particules face à la théorie quantique, c’est-à-dire que tous ses concepts sur la république sont cohérents et visibles, mais il n’en demeure pas moins qu’elles reposent toutes sur les bases du machiavélisme autrement dit sur les instincts les plus vrais de l’humanité. Nous pourrons donc concevoir autant de systèmes différents que nous voulons, le prince sera toujours là pour les retourner à son avantage en temps voulu, si ce n’est pas lui-même d’ailleurs qui les a instigués indirectement.

Partager cette critique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.