Le Bouddhisme pour les nuls de Stephan BODIAN et Jonathan LANDAW

Ouvrage complet sur ce culte encore mal compris en occident, il faut avouer qu’il y a de quoi s’y perdre de par le fait que les premiers ouvrages écrits concernant les préceptes du bouddha sont apparus 400 ans après sa mort ce qui a donné une multitude d’interprétations différentes. Ce système de pensée étant lui-même mouvant, nous ne saurons jamais réellement les préceptes d’origine. Nous ne pourrons donc tenter que d’appliquer diverses notions transmises par oral des siècles durant.

L’ouvrage commence par l’histoire de ce culte au travers d’un jeune prince souhaitant découvrir la source de la souffrance suite à une dure confrontation avec le réel. Puis en découlera l’intégralité de l’émancipation du culte via l’Inde vers l’Asie et l’occident.

Le livre vous proposera ensuite de comprendre les principes de base du Bouddhisme au travers des différentes écoles de pensée, une phrase clé se dégagera au cours du paragraphe : « Vouloir ce que l’on a »

En effet, il sera question de se détacher de ce que nous croyons nous être liés. L’ignorance ici ne sera pas un vide intellectuel, mais une non-compréhension de soi faussant notre perception des éléments extérieurs. Le but ultime étant de se libérer de toute souffrance en détachant l’intégralité des propriétés physiques de sa personne (par la méditation entre autres).

L’ouvrage se poursuivra avec des exemples pratiques dans la vie de tous les jours ainsi que le parcours initiatique du laïc pour intégrer le culte

Au final même si cet ouvrage n’a pas de solides fondements étant donné les 400 ans de décalages séparant la parole du bouddha des premiers écrits en relatant les faits, il nous permettra de mieux comprendre ce culte ainsi que la population respectant ces nombreux préceptes

Nous observerons aussi que contrairement à la quasi-intégralité des religions actuelles qui se sont fondées spécialement pour augmenter l’interdépendance de tribus déchirées par la guerre et d’accroître le pouvoir d’une caste définie, le Bouddhisme semble être née d’une recherche personnelle de sagesse. Malheureusement ayant lu de trop nombreux traités comme ceux de Machiavel où Robert Green, peu d’espoir subsiste quant au fait que tout ceci n’ait été dénaturé par quelques princes avides de pouvoir prônant vertu et détachement afin d’extorquer sa population en toute quiétude.

Partager cette critique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *