39 Leçons d’économie contemporaine + nouvelles leçons de Philippe Simonnot

Ouvrage économique sous forme de dialogue entre un apprenti « candide » et un maître d’économie nommé « Archibald » réalisé de manière similaire au livre « dialogues aux enfers en Machiavel et Montesquieu » de Maurice Joly.

Archibald reprendra point par point tous les fondements économiques passés et présents afin d’affranchir Candide de la bien penssance manipulatrice des princes qui nous gouvernes. Archibald bien plus proche que son élève d’un libéralisme anglo-saxon décortiquera point par point les pensées keynésiennes ou marxistes afin de faire apercevoir au novice de la finance les contradictions de ses dogmes. Au final nous redécouvrirons des faits ou pensées historiques avec un regard différent, nous tenterons de comprendre économiquement le monde détaché de tout formatage culturel. Au travers de ces leçons, nous apercevrons les différents types de ciment utilisé lors de la fondation de nos civilisations tels que la monnaie, le droit commercial, de la religion ou la gestion des matières premières. Il se décomposera en deux ouvrages :

  • Nouvelles leçons d’économie contemporaine
  • 39 Leçons d’économie contemporaine

En effet l’auteur à rajouté de nouvelles leçons entre candide et Archibald pour se mettre au goût du jour vingt ans après les 39 Leçons d’économie contemporaine pour notre plus grand bonheur. Ces nouvelles leçons relatent des faits et pensées bien plus récentes (jusqu’en 2017). Il va de sur que nos élites contemporaines françaises détesteront de toute leur âme cet ouvrage pourtant au combien véridique au risque dans le cas contraire de devenir un despote médiatique. Archibald s’adresse à des gagnants appelant un chat un chat. Au travers de ces leçons, il nous apprendra à penser d’une manière économiquement réaliste en phase avec le marché pour au final coller au plus près à la réalité humaine.

En bref, ces deux livres sont des chefs d’œuvres, passer à côté de ces ouvrages serait vraiment une faute de vie.

Partager cette critique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *