Système de logique déductive et inductive de John Stuart Mill

 

Rares sont les livres me mettant intellectuellement en difficulté, mais les six livres que compose cet ouvrage l’ont clairement fait du début à la fin. Dans beaucoup d’ouvrages intellectuels, l’auteur met le paquet le premier tiers du livre puis s’essouffle et le livre devient commun. Le problème avec Mr Stuart Mill, c’est que cette personne ne fait pas semblant d’être un être au-dessus de la moyenne, il l’est tout naturellement. Du premier chapitre du premier livre au dernier chapitre du sixième livre, l’auteur déversera sans discontinuer un flot de matière grise difficilement accessible pour le commun du vulgaire.

Mais de quoi parlent donc ces livres ? Vous voyez ce geek qui vous appelle sur votre téléphone pour vous parler de votre téléphone ? Eh bien John c’est pareil, il écrit pour parler d’écriture, mais c’est plus compliquer que cela en fait, il va tenter de revoir la sémantique du langage voire ses fondations. Il part du constat que les mots et autres constructions linguistiques proviennent de temps très reculés ou les civilisations avaient encore pour habitude de mêler les évènements à diverses divinités ce qui influençait de manière considérable le langage qui lui-même provoquait un formatage de la façon de penser.

C’est en effet très intéressant de comprendre que les mots et leurs significations nous prédisposent à penser d’une certaine manière, mais à l’époque de John, la science était en train de prendre une ampleur considérable ce qui a poussé le philosophe à revoir le fondement des méthodes d’inductions et déduction pour les mettre en phase avec une vision bien plus technique du monde.

Le but de cet ouvrage est la transformation de certains fondamentaux du langage pour permettre aux Sapiens d’utiliser les avancées scientifiques de manière inconsciente au travers du langage. Ces livres sont d’une complexité inouïe et pourtant ils nous concernent tous, tous les jours nous pensons au travers des modifications entreprises par John. D’ailleurs si j’ai bien compris cet ouvrage, j’aurais bien plus de chance de réussir ma vie si je pensais en anglais, car les plus grosses transformations sémantiques ont eu lieu en Angleterre.

Finalement, Mr Stuart Mill m’a scotché au siège, il ne devait pas avoir beaucoup d’amis, car au travers de ses livres j’ai senti une personne vraiment au-dessus du lot. C’est un ouvrage épique ou nous de découvrirons une partie de l’ADN du langage ou plutôt une partie de la construction des ponts inductifs et déductifs reliant les mots au raisonnement.

Aujourd’hui j’ai enfin compris à quoi servait la philosophie. Merci John

Partager cette critique :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.